Des bulles, la mort et un condrieu...

Publié le par antoine et damien

Petit compte rendu d'une dégustation champenoise :

Champagne Tarlant brut zéro : brut nature (non dosé), premier nez crayeux, puis onctueux, une bouche franche et fraiche sur l'agrume, un très léger brioché, bulle fine d'intensité moyenne, finale acidulée et cendrée (je retranscrit tel quel mes notes de dégust). Pour résumer, un champagne juste et bien tendu. Dans le style d'un Jacquesson trop jeune. J'ai peur que ce soit trop vif pour mon service à la coupe. On vera bien.

Champagne Tarlant Millésimé 1997 : nez sur la brioche beurée, sur la pomme mûr, attaque ronde, bouche grasse avec toutefois une belle fraicheur intense. Bulle fine et intense. Finale onctueuse. Un vrai champagne millésimé... ; ). Le rapport qualité / prix est implaccable. Rien à dire.

Champagne Tarlant brut rosé zéro : après ouverture d'un bouchon bizarre, l'échantillon est défectueux. Dommage. Un nez sur la framboise mais une bouche gachée par un je ne sais quoi. A revoir.

Champagne Tarlant Rosé Millésimé 1998 : saumon très clair, nez vineux et chaleureux, légèrement kirshé, attaque vineuse, bouche "pleine" (parfois, on note des trucs qu'on ne comprend pas très bien quelques jours après...), champagne rectiligne et tendu. Je pense que j'avais trop gouté et regouté le brut milléismé 97 à ce moment de la dégustation.

Rien à dire sur la qualité des vins. Rien à dire non plus sur les prix. En ce qui concerne le service à la coupe, j'hésite encore pour l'année prochaine. Par contre, la vigne d'antan et la cuvée Louis que j'avais dégusté au Pays Basque, rentreront sur ma carte l'année prochaine. Pour le reste on vera.
Je vous conseille de lire sans retenu le blog du vigneron, Benoit Tarlant, de jolies photos, beaucoup d'humour, et ce vigneron (que je n'ai jamais rencontré) a une sacré bonne tête qui me plait bien. J'avais déjà parlé de lui ICI.

Un hôtel est un endroit où tout peut arriver. On y mange, on y dort ou pas (ou peu...), bref, il s'y passe toujours quelque chose. Sauf que la semaine dernière, le coeur d'un de mes clients s'est arrêté de battre. J'entends déjà les grands humoristes me conseiller de faire boire dans ce cas-là un vin d'Hervé Bizeul, mais non. Tout va très vite. Une fois les secours alertés, il a fallu masser et ventiler. Et c'est tomber sur ma pomme. Je suis incappable de dire combien de temps je suis resté sur ce corps inerte. Le SMUR est arrivé très rapidement, ils ont tout tenté. Mais rien n'y a fait. Sur le coup, ça va. Mais une fois à la maison, les images reviennent et hantent l'esprit. Et la culpabilité arrive. Je ne souhaite à personne de vivre ça, mais raison de plus d'aller voir les pompiers histoire de réapprendre les gestes de premiers secours. C'est ce que je fais samedi prochain. A méditer...

Pour ne pas terminer la dessus, j'ai enfin eu mon coup de coeur de l'année !!! Il était temps, certes, mais après avoir dégusté ce fabuleux Condrieu de Gangloff, je peux....aller à la pèche. Trop jeune ce 2006, mais intense, concentré, agrumes, abricot, noyauté, long voir interminable, une révélation. Malheureusement je n'en ai que très peu et je ne sais même pas si je vais piuvoir le mettre sur la carte, ou simplement le reserver aux grands tarés dont je pense faire parti.

Et bon vent aux cinglés de la mer,...Je ne sais pas pourquoi, je déteste aller sur un voilier mais j'adore la course du Vendée Globe. La cartographie de la course sur leur site internet est génialement fait. Encore mieux qu'il y a 4 ans.

Fin de ce billet interminable...

Nb : juste une dernière chose, ce week end c'est le salon du Livre Gourmand à Périgueux. Plein de chose à lire et à manger avec de grands chefs européens (dont Berasategui qui dort à l'hotel...). Allez y !

Commenter cet article

PK 13/11/2008 13:11

rûde soirée que tu as dû passer: la réa c'est difficile pour un professionnel alors, pour une personne lambda...tu n'as pas culpabiliser, tu as fait ce qu'il fallait, même si c'est difficile de s'accrocher à ça.+ heureux: week end dernier énorme à San-Sé: semi-marathon(béhobie-san sé) puis repas au resto histiorique de la mère de Bérasatégui (tu le remerciera de notre part) avec la clique: Richard, myself, Manu, mon beauf, Nico, Thomas et Pettan, dans l'ordre d'arrivée.la bise à toi et ta famille, mon amigo.  

Damien 18/11/2008 11:37



Agur Pk, ça fait plaisir d'avoir de vos nouvelles...
Pour la réa, on travaillera ça ensemble lors de la prochaine première semaine d'août...

Je constate que Richard est toujours au top malgré ses nouveaux cheveux anti-aérodynamique... par contre Thomas et Pettan me déçoivent, sont-ils si proche du gouffre ? Ont-ils touchés le fond de
la déchéance sportive ? Parce que... arriver APRES Nico... comment dire... ils l'ont fait exprès ?

Je descend une semaine en Janvier vous rendre une petite visite... les flacons sont déjà prêt !