En vrac...

Publié le par Damien

La fin d'année approche et les jolis bouchons volent...

Trotanoy 1996 Pomerol, attaque tout en finesse, puissance élégante en bouche, à boire dès maintenant.

Clos Fourtet 1985 St Emilion, Il a gardé toute sa structure, belle fraicheur, les arômes tertiaires restent délicieux.

Chambolle Musigny de Chantal Lescure, un fruit déroutant, mais le vin n'est pas encore en place (2006). Remarquable, malgré tout.

Cht Lagrange 1999 St Julien, plus séduisant aujourd'hui que le 1996, légèrement rustique comme j'aime, un nez enchanteur, peut encore patienter une ou deux année...

JL Chave 2004 St Joseph rouge, mes deux dernières bouteilles, sniff, impressionnantes, mais péché de gourmandise, encore trop jeune...à patienter au moins deux ans. Du fruit élégant, un cuir puissant, mais quelle finesse...

Christophe Pichon 2007 Condrieu, naturellement trop jeune, avec une pointe acerbe, mais belle strucutre sans artifice, une agréable surprise.

La Pompadour de Castelmaure 2004 Corbière, encore une surprise, évite de justesse le côté crème de cerise, mais possède un parfait équilibre grâce à une jolie fraicheur. A boire.

Cht Le Sartre 2005 Pessac Léognan rouge, excellent rapport qualité prix, ça doit se trouver aux environ de 15€ chez votre caviste, sans concentration excessive, un élevage matrisé pour un vin déjà bien plaisant, facile et accessible.

Clos Bacquey 2004 Cotes du marmandais, techniquement parfait, j'en attendais encore peut-être trop de ce vin dont on m'avais dit trop de bien. Mais c'est une des plus belle bouteille du sud ouest de la France.

La Feuilleraie 2003 Pomerol, quand on déguste ce cru, on regrette déjà que Bruno Bilancini ce soit séparé de ces vignes en Pomerol... quand on connait les diverses catastrophes du millésimes sur ce vignobles, cette bouteille vous réconcilie avec les 2003... à patienter tout de même une ou deux années supplémentaires, son équilibre proche de la perfection ne semble pas près de tomber.

Cht Potensac 1998 Médoc, il a tenu le coup, mais il était quand même temps de l'ouvrir. Je me souviens avoir bu un 1982, à Bouliac chez qui vous savez, qui était très juste. Ce 98 se boit sans trop réfléchir, sur une viande blanche de préférence. Inexistant sur du fromage.

St Aubin rouge Le Paradis 2006 Hubert Lamy, je découvre petit à petit les vins de ce producteur et je suis de plus en plus impressionné. Ce vin est d'une gourmandise affolante, d'une attaque fine et séduisante, le volume se dévoile tranquillement au cours de la dégustation. Parfait avec une volaille sauce Périgueux.

Voilà pour aujourd'hui...

Bon réveillon à tous.

Publié dans Etats d'âmes

Commenter cet article

R.B. 21/01/2009 07:54

Félicitation Damien pour votre victoire !!!