Anthologique Anthologia...

Publié le par Damien

Comme d'habitude, nos professions ne nous donnent pas autant de temps libre que nous le désirons afin de faire vivre ce blog...mais c'est ainsi... dans un sens, je préfère ça, en ces temps si "critique"...

Petit compte rendu des dernières dégustations :

Visite
et repas avec Monsieur, Madame et Mademoiselle de Conti à Ribagnac. C'est toujours un plaisir de partager un moment avec cette famille.

Gloire de mon père 2007 Côte de Bergerac (en cours d'élevage) : 50% merlot, 40% CS, 10% malbec, Nez fermé, élevage discret, attaque franche, ensemble tendre et soyeux, richesse toute en retenu. Quel virage dans le style de cette cuvée ! Longueur sur le fruit très intense
, cerise et cassis. Astringence tout en retenu. Remarquable !



Moulin des Dames 2007 Côte de Bergerac (en cours d'élevage en fût) : 45% M, 35%CS, 15%CF, 5% malbec. Nez fermé, légèrement cendré. Attaque fraiche, très soyeuse, fruit griotté, ensemble cendré, élevage parfaitement maîtrisé, matière profonde et remarquable.

Mou
lin des Dames 2007 (en cours d'élevage en cuve, destiné à la création de la Conti-ne périgourdine rouge) : Nez épineux sur le cabernet. Matière en bouche plus riche et plus puissante sur la cerise noire, tanicité également plus présente. Ensemble impressionnant mais déjà bien équilibré. Finale plus intense, un fruit remarquable.

Moulin des Dames 2007 (en cours d'élevage en fûts, sans soufre, destiné à la création de la Conti-ne périgourdine sans soufre) : Nez réduit sur la croute de fromage, la fourrure (oui, je sais, c'est bizarre), attaque très fraiche, concentré, fermé, mais quelle mache, quelle matière !!! Tanicité soyeuse, fine et douce, un grain remarquable. Finale tout en fraicheur, sur l'épice, le cuir et l'épice douce. Du bonheur mais il faudra du temps, beaucoup de temps...

Trop en retard pour déguster les blancs, donc nous passons à table.

Dornfel
der Rotwein 2005 Langenlonsheimer Steinchen, Weinbau Peter Peitz. Servi à l'aveugle (ben tiens...). Nez légèrement épicé, cuiré. Joli matière. Je reste sur le Sud ouest. Raté, c'est un vin rouge allemand. Peter Peitz a passé quelques temps chez Luc. Il réussit un vin plein, un style que je n'avais jamais vu dans des vins allemands.

Domaine du Cros, Lo Sang del Païs 2007 Marcillac. Le vin paysan dans toute sa noblesse. Du fruit, légèrement épicé. Pas casse tête, pur. Mon papy Marcel aurait adoré. J'aime aussi.

Domaine Arretxea, Haïtza 2006 Irouleguy. Nez assagi, ensemble gourmand, légèrement cuiré, fruité très fin sur la réglisse. Cette cuvée est devenue superbe. Il me reste encore du 2000, surprenant de tenu, et quelques 2003 mystérieux.

Anthologia 2007 Bergerac sec. Mesdames et Messieurs, asseyez vous, voilà le plus beau vin blanc sec jamais réalisé à Bergerac. Evidemment, en affirmant ça, plein de Don Quichotte en guenilles vont me tomber dessus, mais tant pis. Jamais je n'ai trouvé un vin avec tant de matière, de profondeur, de justesse issu des vignes de ma région natale. Un monstre de fruit et de puissance. Je l'avais dégusté la première fois le soir de la remise du prix Ragueneau (dont nous sommes, Patricia et moi, les lauréats, rappelons-le... ; ) ), la première fois, donc, je pensais me servir du 2005, ne connaissant pas l'existence du 2007. Je suis resté scotché au verre. La Tour des Gendres a lâché une bombe. Accrochez vous.

Dégustation au cours de ce mois :

Chablis 1er cru Beauroy de Geoffroy. Attaque fraiche, tendu, bouche onctueuse sans profondeur démoniaque mais plaisant.

"Malbec +" 2005 Bordeaux de Jérémie Lurton. Violet intense, nez sur le cassis, la cerise, la réglisse. Attaque en finesse, bouche souple, bel équilibre. Finale soyeuse avec toutes les particularités du malbec. La puissance se montre tout en retenu avec quelques notes cendrées. Original.

Domaine des Rochelles 2006 Anjou village Brissac. M Lebreton. Nez variétal, léger cuir, attaque discrete, bouche volumineuse et séveuse, cuir marqué, légère amertume (du cabernet) en fin de bouche. Sympathique.

Sancerre blanc 2006 et Puilly fumé 2006 de Tinel Blondelet.

Château La Reyne Cuvée Elio 2006 VDP du Lot. Chardonnay viognier. Joli grain et belle fraicheur. Dans les meilleurs blancs dégustés dans le Lot.

Château Cluzeau 2006 Bergerac blanc. Nez sur la clémentine, bouche grasse et complexe. On retrouve l'agrume bien frais, finale légèrement variétal.

Château Cluzeau, l'Envol 2006 Bergerac sec. Plus de matière que la cuvée précédente. A revoir.

Claux Delorme 2006 Valençay. Du gamay et du pinot. Vin produit par M. Minchin de Menetou Salon. Ma découverte du mois. J'adore. Du gamay pur, entier, bien présent en bouche. Fluide en bouche, idéal pour cet été ou pour les moments où on n'a pas envie de se prendre une tonne de tanin en bouche.

Domaine Saint André de Figuière Réserve 2006 Côtes de Provence rouge. Mourvèdre et Syrah. Nez sur le cuir, la réglisse, la badiane. Attaque fraiche, gourmande, légèrement acidulé, bouche ample, finale superbe, cendrée, bien équilibré. L'élevage est bien maitrisé, sans exubérance. A patienter au moins une année, mais déjà plaisant.

Château LaVerrerie 2004 Grand Deffand, Côte du Lubéron. Nez confit et grillé, évoluant sur la griotte et la mûre, légèrement vanillé. Attaque suave, bouche bien équilibré et gourmande, puissante, épice douce, l'élevage est discret face à la puissance du fruit. Longueur moyenne mais plaisante.

A venir les dégustations primeurs... est-ce vraiment utile ? Je pense que non. Mais on sert quelques pinces, et parfois il y a de bonnes choses à manger...  ; )))

Demain, repas chez M. Portos au Saint James à Bouliac... yummi comme disent les autres...

Commenter cet article